Le Petit Laboratoire

Japon, Avril 2019 : l’hôtel Hoshino-ya Kai Nikko

Quand je pars en voyage, j’hésite souvent sur le matériel photo à emporter. Je le voudrais léger, pas contraignant, pour que ça ne me rappelle pas mon travail… Mais que je puisse quand même photographier dès que l’envie me prend.

Au Japon, je n’arrive pas à me séparer de mon reflex. Ce pays est trop visuel, trop fascinant. Alors je garde mon appareil, pour les moments où regarder et profiter ne me suffit plus, et où l’envie de photographier me déborde.

J’ai décidé de profiter du confinement pour vous partager 10 posts de blog, avec des images de mon dernier voyage au Japon, en avril 19. Il y a un an presque jour pour jour.

Ce sera forcément très lacunaire, parce que j’ai souvent préféré vivre la beauté plutôt que de la saisir. Mais voilà pour vous quelques uns de mes émerveillements.

Aujourd’hui, on part à Nikko, à 150km au Nord de Tokyo. Avant notre départ, on nous avait dit « c’est pas grave, si vous loupez les Sakura à Tokyo, ça devrait fleurir un peu plus tard à Nikko, vous y serez pile au bon moment. »

Sauf que quand on est sortis du Shinkansen à Nikko, il faisait froid (très). On a pris un bus qui serpentait dans la montagne, dans des routes minuscules. Et peu à peu, on a vu le paysage blanchir. Quand on est descendus, au terminus, on s’est retrouvés pris sous la neige qui tombait vraiment dru, avec nos valises. Je vous épargne le selfie, mais c’était niveau Tintin au Tibet. On a rejoint notre hôtel en hâte, en traînant nos valises dans la neige (qui évidemment, a cessé de tomber juste après).

Aussitôt arrivés à l’hôtel, on a eu un peu honte de dégouliner comme ça dans le lobby impeccable. On a admiré la collection de céramiques qui y était exposée, en tâchant de ne pas goutter dessus. On nous a fait asseoir, on nous a servi le thé et des petites pâtisseries japonaises (wagashi) tout en faisant le check-in.

Puis, nous avons découvert notre superbe chambre japonaise avec vue sur le mont Nantai et le lac Chuzenji. Nous nous sommes hâtés de prendre un bain (merveille des bains japonais) pour nous réchauffer, avant de nous plonger dans la contemplation de la vue, changeante à chaque instant, sur le lac entouré de montagnes.

Là, il y a eu une faille spatio-temporelle, parce qu’un très gentil monsieur a frappé à la porte, nous a demandé où on avait mal, si on dormait bien, et nous a ensuite massés pendant une heure. Alors je crois que c’est le bon moment pour vous raconter ce que je faisais au Japon en avril 2019.     

Depuis quelques années, je suis abonnée à la newsletter d’un groupe d’hôtels traditionnels de luxe, Hoshino Resorts. Je n’ai jamais été particulièrement particulièrement attirée par le luxe, mais le fait est que leurs photos me faisaient rêver. La beauté des paysages, l’harmonie des architectures, la perfection de chaque petit détail…

Et puis il y a aussi autre chose : tous les mois, dans cette newsletter, un tirage au sort est organisé. Si on s’inscrit, on peut gagner des objets d’artisanat traditionnels, ou parfois… des nuits d’hôtel. Or, depuis toute petite, j’aime bien m’inscrire aux trucs de tirage au sort en me disant « on sait jamais ».

Et un jour, j’ai reçu un mail me demandant si je confirmais bien que je pouvais partir au Japon à un moment donné entre juillet 2018 et juillet 2019. J’en suis restée comme deux ronds de flan : j’avais gagné des nuits d’hôtel à Nikko et à Tokyo, en demi-pension, et des massages pour deux.

Alors forcément, on est partis, et forcément c’était super. Je suis désolée, vous n’aurez pas de photos du repas, ni du onsen (en extérieur, que j’ai eu pour moi toute seule), ni du massage d’ailleurs. Mais je peux vous le dire : c’était exceptionnel. Tout était pensé pour nous donner l’impression d’être seuls au monde (mais de façon agréable hein), dans un constant ravissement des sens.

Ce que j’ai préféré, c’était cette vue incroyable, et tellement apaisante. Suivre les évolutions de la lumière, des couleurs, au fur et à mesure des heures. Et pourtant Dieu sait que j’aime manger et que les repas étaient incroyables. Mais j’ai rarement vécu une telle expérience d’émerveillement constant. Le lac Chuzenji est d’une beauté renversante, quel que soit le moment de la journée.

Et je le prouve, avec cette photo de votre serviteuse prise par mon cher et tendre. (Ça ne se voit pas, mais je porte un tee-shirt Pokémon Evoli, et je l’assume avec panache).

Demain, on part se balader autour du lac Chuzenji. 🙂

 

(Je précise que je n’ai pas été rémunérée par Hoshino Resorts et qu’on ne me demandait aucune contrepartie pour mon gain. Mais j’étais si enthousiaste que j’ai voulu partager ça avec vous !)

Oh et au fait, si ça vous a plu, il y a plein de photos du Japon sur mon site.

Cette entrée a été publiée le 9 avril 2020 à 3:56 . Elle est classée dans "Digression / - Gression !", Fonds de tiroir, Sur les routes et taguée , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Une réflexion sur “Japon, Avril 2019 : l’hôtel Hoshino-ya Kai Nikko

  1. Pingback: Japon, Avril 2019 : l’hôtel Hoshino-ya Tokyo | Le Petit Laboratoire

Un truc à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :