Le Petit Laboratoire

Smile flow

Dans la vie, y a plein de moments cools. Dans la liste de ces moments cools, y a par exemple celui où ton amie Alix t’appelle en disant « Hey, ma copine Coelia et moi on va se mettre debout sur la tête, ça te dit de prendre des photos ? »

Bon certes, j’exagère un peu, ça s’est pas passé exactement comme ça… Mais pas loin. Alix m’écrit, donc, avec plein de gif (obligatoire), d’emojis (idem) et de points d’exclamation (un plus toujours appréciable) pour me parler du concept que les deux yogis montent ensemble : le smile flow. Un yoga bienveillant, plein de bonne humeur, et de temps accordé à l’introspection (avec notamment des ponts vers l’hypnose et d’autres techniques pour prendre soin de soi).

Bref, un yoga où on complexe pas, où on a le droit d’ouvrir les vannes quel que soit le chemin où elles nous mènent, et sans course à la performance. Connaissant Alix et ses grands éclats de rire, ça ne m’a pas vraiment étonnée. Et quand j’ai rencontré Coelia, j’ai compris que c’était le binôme gagnant qui allait peut-être me remettre un jour sur le chemin du sport (pas aujourd’hui, parce que j’ai Netfl… piscine. J’ai piscine).

Je les ai donc embarquées sous le bras (c’est une façon de parler, j’ai pas les bras si musclés, cf mon paragraphe sur le sport) pour un shooting aux jardins Rosa Luxemburg, derrière la Halle Pajol dans le XVIIIe arrondissement. Histoire de montrer que quand on est bien dans son corps, on peut faire des trucs de foufous. Et j’avais beau m’y attendre, j’avais beau avoir shooté Alix à plusieurs reprises…

… Ben ça fait toujours bizarre quand, sans crier gare, les modèles se retrouvent dans cette position. Et sans échauffement.

En prenant cette photo, j’ai probablement couiné parce que j’étais obligée de plier un peu les genoux.

On enchaîne sur quelques portraits de Coelia seule. À ma suggestion « euh, je sais pas, le bord de l’eau c’est joli, là… Fais un truc pour voir », elle cale un grand écart impeccable et me demande : « genre ça ? ». … Genre ça, oui. À ce moment du shooting, j’ai déjà la mâchoire inférieure bonne à ramasser par terre, parce qu’il faut reconnaître que mon corps à moi est incapable d’imaginer pouvoir faire des trucs comme ça. Pourtant, le discours d’Alix et Coelia ne se situe nulle part dans la performance ou le perfectionnisme. Tout est teinté d’une touche super ludique que je trouve très rafraîchissante. 

Pour le résumer : ça les amuse autant de caler leurs membres dans des positions improbables que ça m’amuse de jouer avec les rayons de lumière géométriques qui tombent de la verrière. Il faut dire aussi que le lieu se prête à faire des trucs cools. Ancienne halle SNCF désaffectée, les jardins Rosa Luxemburg sont un lieu à part : hyper géométrique (pratique pour ce genre de commandes !),  industriel, mais aussi particulièrement luxuriant, le tout réchauffé par des teintes de bois orangé… J’adore shooter là-bas, parce que les options sont multiples mais que rien n’est jamais neutre ni fade. Pendant qu’Alix et Coelia enchaînent les postures dans le plus grand des calmes, autour de nous passent tranquillement quelques badauds, certains plus étonnés que d’autres. Dans un coin, des étudiants répètent une pièce de théâtre. C’est un joli moment hors du temps, où tout le monde cohabite tranquillement. C’est finalement très à l’image de leur projet. Un peu de légèreté.

Ça me réconcilie aussi un peu avec la terreur que me procurent toutes ces performances physiques. Voir des personnes exercer une discipline aussi exigeante avec le sourire, et une démarche ludique assumée… Ben ça fait du bien. Ça décomplexe. Et ça donne envie.

Un bon exemple du truc : ce moment où, sur la pose précédente, je leur dis « haha la blague, et maintenant faites-moi un pouce en l’air »… Et qu’en fait c’est possible, et que ça les fait marrer. DIANTRE.

La séance touche à sa fin, et mon quota de trucs à dire aussi, je vous laisse donc sur quelques images de ces filles élastiques et caustiques (je vois bien ce titre écrit en typo bien retro sur une devanture).

(Ah oui, y a aussi les photos d’Alix toute seule qui a des bras qui la soutiennent vachement et à qui les lois de la pesanteur ne s’appliquent pas pareil qu’à moi).

Hop voilà, j’espère que ça vous a plu. Je me suis dit que ça valait la peine d’en faire un post de blog, dans la mesure où j’ai eu le sourire pendant toute la séance, et que ça réchauffe systématiquement mon petit cœur quand je vois passer une de ces photos dans mon feed instagram. Et pour plus d’infos, c’est par là.

Bisous ❤

Publicités
Cette entrée a été publiée le 26 octobre 2017 à 8:42 . Elle est classée dans Commandes, Dans la rue, Expérimentations techniques et taguée , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

Une réflexion sur “Smile flow

  1. Le , Mariana a dit:

    Je crois que c’est pile la dose de motivation qui me manquait pour inaugurer le tapis de yoga reçu pour mon anniversaire 😀 En tant que réfractaire au sport, ça fait hyper plaisir de voir des photos où les gens qui en pratiquent ont l’air de s’amuser !
    Et comme d’hab, tes photos sont juste sublimes.

Un truc à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :