Le Petit Laboratoire

Vis ma vie de photographe de mariage : étape 2, les cérémonies

(NOTE : J’ai pris le parti de ne montrer que des photos inédites dans cet article. Vous pouvez voir mon portfolio mariage ici, puis ici, et enfin ici.)

mariage-carole-simon-nb-web-102(NOTE BIS : Si vous avez raté l’étape 1, vous pouvez tout relire et regarder ici.)

***

Résumé de l’épisode précédent : Je suis aussi photographe de mariage, et ça me plaît bien. Du coup, j’ai décidé de vous raconter à quoi ça ressemble de l’autre côté du miroir, et de le prouver en images. Je vous ai déjà raconté les préparatifs, c’est maintenant le tour de la cérémonie. Vous avez le droit de regarder seulement les photos.

aurelie-laurent-web-329J’entends déjà les hooligans près du radiateur, qui ricanent : « Cérémonie civile, ou cérémonie religieuse ? » Les deux, mon capitaine. Les autres hooligans renchérissent : « Et les cérémonies civiles et païennes ? » Eh bien… Je n’avais pas grand chose de plus à en dire, le sujet rejoignait ce que j’avais déjà écrit. Mille pardons.

Tout commence dans la fameuse voiture du ou de la mariée. (Ah oui, pour reprendre ce que je disais dans le post n°1 : j’avais commencé à rédiger l’article en mettant « ils/elles » systématiquement, mais ça alourdissait considérablement les phrases. Faites comme si j’avais pris les précautions d’usage, du coup. Mon coeur est en réalité rempli de précautions d’usage. Et malheureusement, je n’ai shooté que des mariages hétérosexuels pour le moment, mon expérience de la chose est donc fortement genrée.) La plupart du temps, j’embarque avec la mariée, quand les deux époux ne se rendent pas ensemble sur les lieux.

Ce que les photos ne racontent pas, la plupart du temps, c’est la difficulté pour une mariée de rentrer dans une voiture. Imaginez une explosion de tulle qui se mesure en mètres cube, et une ridicule portière à angle d’ouverture restreint. Ajoutez à cela des talons épais comme des cure-dents et hauts comme un ou deux immeubles… Vous avez PRESQUE une idée de la situation. Car il faut maintenant considérer la question de la saleté des joints de la portière (je ne suis pas sûre que ça s’appelle des joints dans ce cas précis : soyez gentils, faites comme si). Ces petits machins noirs et mous ramassent un nombre de saletés INIMAGINABLE. Et typiquement le genre de trucs qui adorent se prendre dans le tulle ou imbiber le satin blanc. Bref, faire rentrer une mariée dans une voiture, c’est un peu jouer à Tétris, mais en plus foufou.

aurelie-laurent-web-134Dans la voiture, souvent, le silence s’installe. Comme une prise de conscience supplémentaire de l’engagement imminent. A l’arrivée devant la mairie (oui, on commence souvent par la mairie), la stupeur de voir que « mais tout le monde est déjà là ! ». Certaines mariées sortent dire bonjour à tout le monde et papoter sur le parvis, d’autres restent confinées précieusement dans la voiture, jusqu’à ce que tout le monde soit rentré.

mariage-lucie-pierre-nb-web-125Quoiqu’il en soit, au moment où les regards se posent pour la première fois sur la mariée dans son habit de lumière, les invités ont beau s’y attendre, ils sont émus. J’inclus évidemment le marié dans le lot. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup : beaucoup de photos à prendre, mais aussi beaucoup de difficulté à me frayer un passage. Quand la mariée paraît, les appareils photos, smartphones, tablettes et caméscopes aussi. Un vrai casse-tête pour le photographe qui doit réussir à ne pas la perdre de vue, à adapter sa lumière aux conditions souvent difficiles, à ne pas se faire bousiller son image par un flash parasite, tout en marchant à reculons l’oeil dans le viseur. Avec tout ça, je pense pouvoir envisager sereinement une reconversion en femme-orchestre.

aurelie-laurent-web-145C’est impressionnant de voir comme chacun veut glaner un souvenir de cet instant. Impressionnant, et problématique aussi. Une mariée me rapportait récemment un regret : son mari ne l’avait pas vue s’avancer dans l’allée, les invités la lui masquant jusqu’à la dernière minute. La solennité du moment s’en trouve forcément un peu écornée… Mais pas totalement non plus. Car l’émotion subsiste, ne serait-ce que par le symbolisme fort de la situation.

marion-et-emiliano-mariage-nb-web-88J’avoue être peu émue par la logique patriarcale qui sous-tend la tradition, mais voir un père, les larmes aux yeux, mener sa fille à son futur époux… C’est toute la vie qui défile d’un seul coup, comme une brusque rafale : de celui qui l’a vue naître et grandir à celui qui la verra s’épanouir puis mourir. Un bref résumé, le raccourci d’une vie de femme, dont chaque acteur présent semble être pleinement conscient.

caroline-et-eric-mariage-web-255Le discours du/de la maire est en général assez froid, parce que normé. Et pourtant – peut-être même pour cette raison précise – il déclenche souvent des sourires, voire des rires. Certains élus en jouent d’ailleurs un peu. La mairie est souvent une formalité bien plus qu’un symbole… Les images qui en ressortent sont donc plus factuelles que le reste du reportage. Et pourtant, là aussi, on s’échange le « oui », clamé bien haut ou à moitié coincé dans la gorge par l’émotion, tendre ou quasi-autoritaire…

severine-et-nils-web-couleur-94Et alors, presque systématiquement, la mariée se tourne vers moi, les yeux remplis de larmes qu’elle tente de retenir. Cette image, qui moi aussi me saisit à la gorge, est venue sur presque tous les mariages que j’ai pris en photo (une quinzaine, maintenant). Elle reste l’un des clichés les plus frappants, les plus bouleversants qui soient.

marion-et-emiliano-mariage-nb-web-99Pour l’église, qu’on soit croyant ou non, l’émotion est largement aussi palpable, ne serait-ce que pour la solennité des lieux et de la cérémonie. A chaque mariage religieux, je suis cependant toujours étonnée par les discours des prêtres, dans lesquels ils tentent d’insuffler de l’humour, ou des vérités sur ce que signifie être un couple aujourd’hui. De la même façon, les époux s’autorisent souvent, très brièvement, à des petits instants de détente et de complicité. Et c’est terriblement touchant. Ce sont les moments, plus informels, où je me permets quelques photos et déplacements.

marion-et-emiliano-mariage-couleur-web-95Car c’est un peu le grand problème de la cérémonie religieuse : trouver un équilibre qui respecte l’instant sacré, sans pour autant priver les mariés de photos souvenirs. Je n’ai pas encore trouvé de solution miracle, sinon d’attendre les moments de transition ou de détente pour me permettre de shooter un peu plus (mais il faut réagir très rapidement, ça ne dure jamais).

marion-et-emiliano-mariage-nb-web-185

Et surtout, jamais de flash. Mais ça, c’est également un choix esthétique : je ne veux pas perdre la lumière si particulière aux églises… Quitte à monter dans les ISO.

mariage-alex-et-virginie-nb-web-273Je ne m’autorise à m’approcher que lors de l’échange des alliances et de la signature des registres, moments clés impossibles à attraper, sinon. Le reste du temps, je joue du zoom, mais là, pas le choix : il faut venir plus près, et éventuellement s’autoriser un peu de focale fixe. Le problème étant que la signature des registres est très brève, que les signataires bougent beaucoup, et que les conditions de luminosité rendent la mise au point difficile. Bref, ce n’est pas évident d’obtenir une photo nette, correcte, et flatteuse. Du côté de l’échange des alliances, il faut réussir à trouver un angle où rien ne cache ce qui est en train de se passer : pas une épaule, pas une main, pas un avant-bras… Eh ben c’est difficile aussi. Tout va très vite, et les mouvements bouchent facilement la vue.

mariage-carole-simon-nb-web-186Le reste du temps, je danse d’un pied sur l’autre, je me cache derrière une colonne, j’essaie de me faire oublier : pour ne pas perturber la cérémonie, et aussi parce que bien souvent… je n’ai pas de place pour m’asseoir !

annabellevalentinnbweb-231Bon, ça y est, les deux cérémonies sont passées, c’est l’heure de la sortie de la mairie/de l’église. Après avoir shooté quelques embrassades de circonstance au sein même du lieu, je presse le pas pour me poster sur le parvis.

annabellevalentinweb-238Souvent en débouchant à l’extérieur, je ne peux pas me retenir de prendre en photo l’assemblée déjà réunie, poignées de riz ou trucs à bulle à la main, appareils photos dégainés et petits soubresauts d’impatience mal dissimulés.

marion-et-emiliano-mariage-couleur-web-189Ce n’est pas évident de se faire une place au coeur de la foule en liesse. Si j’y parviens, je sors la focale fixe (souvent le 50mm) pour pouvoir jouer du flou. Sinon, je me contente du zoom pour avoir plus de marge de manoeuvre. Une fois que quelques bonnes images sont assurées, je change d’objectif histoire de varier un peu les rendus.

mariage-carole-simon-web-218Evidemment, je me mets en mode rafale, car tout change d’un instant à l’autre. Selon la manière dont les pétales de fleurs/grains de riz/bulles vont voler, selon les gens qui vont passer devant l’objectif, selon les grimaces des mariés qui ont du riz plein les yeux…

aurelie-laurent-web-186Mais le rendu final est toujours satisfaisant, grâce au côté « sur le vif », au bonheur qui explose et au fort symbolisme de l’image.

caroline-et-eric-mariage-web-296Si j’ai le temps, je change également de point de vue, pour obtenir un contre-champ, image plus originale que les invités n’auront pas forcément prise.

annabellevalentinnbweb-115Eh ben voilà. C’est fait, ils sont mariés. Ils se sont même embrassés. D’ailleurs, j’ai oublié de vous le dire, mais le baiser, c’est pas toujours facile de l’avoir en photo non plus : dans la vraie vie, les gens s’embrassent quand même beaucoup moins longtemps que dans les films. Il faut donc être vigilant pour ne pas rater l’instant !

marion-et-emiliano-mariage-nb-web-225L’étape suivante ? La désaltération des invités. Je vous raconte ça la prochaine fois, en attendant je vous fais des bisous.

Et une petite photo bonus, parce que mariage heureux :

severine-et-nils-web-nb-126

Publicités
Cette entrée a été publiée le 21 août 2013 à 5:33 . Elle est classée dans "Digression / - Gression !", Commandes, Mariages et taguée , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Suivre les commentaires de cet article par RSS.

4 réflexions sur “Vis ma vie de photographe de mariage : étape 2, les cérémonies

  1. Pingback: Vive(nt) les mariés ! – Matthieu et Chi Hua | Le Petit Laboratoire

  2. Pingback: Vive(nt) les mariés ! – Anne-Sophie et Olivier 1/2 | Le Petit Laboratoire

  3. Pingback: Vive(nt) les mariés ! – Anne-Sophie et Olivier 2/2 | Le Petit Laboratoire

  4. Pingback: Vive(nt) les mariés : Charlotte & Grégoire | Le Petit Laboratoire

Un truc à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :